Polissage des sabres japonais : l'artisanat et son importance Katana Japonais

Le sabre japonais est réputé pour les caractéristiques artistiques de sa lame, que l'on peut apprécier pleinement après qu'un polisseur qualifié l'a méticuleusement polie. Le polisseur de sabres met en valeur la beauté de la lame, en affinant sa forme, sa couleur et sa texture. Les écoles traditionnelles de polissage ont même développé des techniques pour faire ressortir les plus belles qualités de l'épée.

Nous allons nous pencher sur l'importance du polissage des sabres, sur les caractéristiques d'un bon polissage et sur les techniques japonaises de cet art.

Pourquoi le polissage est-il essentiel pour les sabres japonais ?

polissage katana

Les sabres japonais traditionnels, ou nihonto, présentent des détails artistiques sur la surface de la lame. Il s'agit notamment du hamon (motif de la ligne de trempe), du jihada (motif du grain) et du jigane (surface de l'acier). Le polissage fait ressortir toutes ces caractéristiques nécessaires à l'appréciation esthétique des lames japonaises. Une lame polie permet également d'identifier le forgeron ou l'école qui l'a fabriquée et de procéder à un examen minutieux lors de l'évaluation du sabre.

Tout au long de l'histoire, le sabre japonais a été une arme remarquable utilisée à la fois dans les duels et sur le champ de bataille. Il a une très longue histoire et n'a cessé d'évoluer en fonction des événements historiques et des tactiques de combat de l'époque. Lire la suite

Une lame japonaise est bien polie lorsque toutes ses caractéristiques artistiques sont nettement visibles. Au contraire, une lame mal polie peut avoir une surface apparemment propre, mais ses détails restent cachés, ce qui rend impossible un examen minutieux.

Le polissage améliore également la fonctionnalité et l'efficacité d'une lame. Un polisseur donne un tranchant acéré à la lame, qu'elle soit nouvellement fabriquée ou qu'elle nécessite des réparations pour des entailles ou des déformations. En fait, plusieurs défauts de la surface de la lame - pour autant qu'ils ne soient pas fatals - peuvent être corrigés par le polissage. Le polissage donne également à la lame une finition réfléchissante, semblable à celle d'un miroir. Cependant, certaines épées anciennes restent troubles même lorsqu'elles sont polies.

Types de polissage de finition

polissage japonais

Les lames japonaises fabriquées de manière traditionnelle sont soumises à des méthodes de polissage méticuleuses. Les deux principaux types de finition sont le hadori et le sashikomi.

Hadori

Le processus de blanchiment du hamon (motif de la ligne de trempe) est appelé hadori. De nombreux collectionneurs d'épées privilégient aujourd'hui un hamon prononcé, et le hadori renforce sa visibilité et sa brillance. Il crée un plus grand contraste entre le bord blanc et le corps sombre de la lame, ce qui accentue encore son attrait visuel.

Le hadori (刃取り) est également connu sous le nom de kesho (化粧), qui signifie cosmétique. Il est relativement récent et ne date pas de l'ère Meiji. En général, c'est le polisseur qui décide dans quelle mesure il suit le habuchi ou le nioiguchi, c'est-à-dire la limite qui définit le hamon. Malheureusement, l'effet blanchissant du hadori masque ces détails plus fins de l'acier.

De nombreux connaisseurs de sabres, plus intéressés par le travail du métal et l'artisanat, renoncent parfois au processus de hadori pour le polissage. Pourtant, si le hadori est effectué correctement, tous les détails du hamon, y compris son habuchi et ses activités (hataraki), peuvent être visibles lors d'un examen approfondi.

Sashikomi

Le sashikomi (差し込み) est la forme traditionnelle de polissage avant que le hadori ne devienne populaire. Cependant, ses effets peuvent paraître un peu ternes. Il montre les détails de la lame entière mais ne met pas particulièrement en valeur le hamon contre le corps de la lame. Au contraire, il montre le hamon avec tous les détails de sa structure.

Techniques de polissage des sabres japonais

toshigi

Le polissage d'une lame japonaise nouvellement fabriquée est aussi complexe que sa fabrication. Il comprend deux processus principaux : le polissage de base (shitaji togi) et le polissage de finition (shiage togi). Tout au long de ces étapes, des pierres de polissage traditionnelles plus ou moins grossières façonnent et affinent la lame.

Shitaji Togi : le polissage de base

Au cours de l'étape du shitagi togi, le polisseur façonne la lame, l'affine et prépare les surfaces pour le polissage final. Les pierres de polissage utilisées sont l'arato, le kongoto, le binsui, le kaisei, le chu-nagura, le koma-nagura, le suita, l'uchigumori-hato et l'uchigumori-jito.

Le polissage de base a pour but de rendre les surfaces de la lame uniformes, notamment en maintenant la ligne de crête (shinogi) correctement formée. Ce processus permet également d'affûter le tranchant et de révéler le hamon (motif de la ligne de trempe) et le jihada (motif du grain).

Shiage Togi : le polissage final

Au cours de l'étape du shiage togi, le polisseur améliore la couleur et l'aspect de la surface de la lame. L'objectif est de rendre les détails artistiques plus visibles, de définir une pointe acérée (kissaki) et d'obtenir une finition miroir. Pour ce faire, il utilise de fins copeaux de pierres à polir, recouverts de papier et de laque.

Utilisation des pierres Hazuya

Les pierres hazuya éliminent les rayures, les marques ou les imperfections de l'étape de polissage précédente. Elles sont utilisées sur le tranchant et le hamon, à l'exclusion de la zone de la pointe. À ce stade, la surface de la lame doit être uniforme et lisse.

Utilisation des pierres de Jizuya

Les pierres de jizuya rehaussent l'aspect de la surface de la lame et font ressortir le jihada (motif du grain). Ce processus contribue à donner à la lame un aspect général plus sombre et plus distinct.

Application de la solution Nugui

Un mélange d'oxyde de fer et d'huile de girofle, appelé nugui, est appliqué sur la surface de la lame. Il donne à l'acier une finition sombre et non réfléchissante. Cependant, une trop grande quantité de nugui noircit le métal. La surface plus foncée améliore la visibilité de la jihada et d'autres détails complexes.

Blanchir le hamon

Une pierre hadori blanchit et améliore la visibilité du hamon (motif de la ligne de trempe), en lui donnant un fort contraste avec le corps de la lame.

Définition de la pointe

La pointe (kissaki) de la lame est la dernière à être polie. Elle fait appel à deux procédés : le sujikiri et le narume. Le processus de sujikiri crée la ligne de yokote - ou la ligne définissant la pointe à partir du corps de la lame. Le processus de narume, quant à lui, polit la zone de la pointe, assurant la clarté du boshi (le motif hamon dans la zone de la pointe).

Brûlage de la surface de la lame

Le processus de brunissage, connu sous le nom de migaki, crée une finition miroir sur la mune (surface arrière) et le shinogi-ji (surface supérieure au-dessus de la ligne de crête du shinogi). Il s'effectue à l'aide d'une aiguille à brunir (migaki-bo) et d'une spatule (migaki-bera).

Histoire du polissage des sabres japonais

Dans les premiers temps, les sabreurs japonais ne se contentaient pas de fabriquer les lames, ils les polissaient également afin d'obtenir des tranchants acérés et d'affiner leur forme finale. Cependant, au fil du temps, une spécialisation dans le polissage des sabres est apparue, conduisant à l'apparition d'artisans distincts se consacrant exclusivement à cet art.

Période Kamakura (1192 - 1333)

Au cours de la période Kamakura, les polisseurs de sabres ont commencé à travailler indépendamment des sabreurs. Leurs compétences ont progressé au point qu'ils pouvaient polir efficacement les lames, révélant les détails artistiques de leur surface.

Période Muromachi (1338 - 1573)

Des évaluateurs professionnels de sabres commencent à apparaître au Japon. Les sabres de samouraïs étaient de plus en plus appréciés non seulement pour leur fonctionnalité en tant qu'arme, mais aussi pour leurs qualités artistiques. Par conséquent, les techniques et l'expertise en matière de polissage ont continué à se développer au cours de cette période.

Période Edo (1603 - 1867)

Le polissage et l'évaluation des sabres étaient devenus très recherchés par les shoguns et les daimyos au pouvoir. La demande d'épées japonaises était motivée non seulement par leur aspect pratique, mais aussi par leur statut de symboles de pouvoir, de prestige et d'artisanat raffiné.

Faits concernant le polissage des sabres japonais

Le polissage des sabres japonais, connu sous le nom de togi, est essentiel au processus de fabrication des sabres. Un polisseur de sabre qui affine une lame japonaise est appelé togishi. Les polisseurs de sabres font ressortir la beauté d'une lame et mettent en évidence les points d'appréciation importants du sabre. Ils affinent également la forme de la lame et rendent les tranchants aiguisés.

Après avoir forgé l'acier pour en faire une lame, le forgeron d'épées la confie au polisseur pour qu'il l'affine.

Le polisseur affine d'abord la géométrie de la lame, y compris ses lignes et ses surfaces. Il envoie ensuite la lame à un fabricant de habaki, qui ajuste le collier de la lame à la soie. La lame est ensuite transférée à un fabricant de fourreaux (saya), qui lui fournit un fourreau aux dimensions exactes de la lame. Enfin, la lame retourne chez le polisseur pour le polissage final, qui fait ressortir les jihada (motifs du grain) et les hamon (motifs de la ligne de trempe).

Les lames japonaises qui ont subi de nombreux polissages sont dites fatiguées.

Les sabres peuvent être décrits comme fins ou épais, l'épaisseur de la lame étant appelée kasane. Les lames qui ont conservé leur épaisseur d'origine sont souvent qualifiées de "saines" ou de "robustes". En revanche, les lames qui ont subi plusieurs séances de polissage sont considérées comme "fatiguées" en raison de la diminution de l'épaisseur due à l'enlèvement de métal au cours du processus de polissage.

Certains défauts de la surface de la lame peuvent être corrigés par le polissage.

Un polisseur d'épée peut supprimer certains défauts sur une lame s'ils ne sont pas considérés comme fatals. Par exemple, un polisseur peut remodeler le kissaki (la pointe) si sa pointe est cassée, à condition que le hamon reste intact. Malheureusement, lorsque le hamon est interrompu, le polisseur ne peut pas réparer le dommage. Ces défauts sont fatals, appelés kizu, et diminuent la valeur d'une lame japonaise.

Les pierres à polir sont les outils traditionnels et principaux utilisés pour polir les sabres.

Au Japon, les pierres à polir sont extraites des montagnes de Kyoto. Elles ont un grain extraordinairement fin et sont extrêmement chères. Dans l'Antiquité, les pierres à polir étaient des cadeaux précieux offerts par les seigneurs féodaux.

Les pierres à polir jouent un rôle crucial en révélant tout le potentiel de la surface de l'acier d'une lame, appelée jigane. Les différentes pierres interagissent différemment avec l'acier et chaque lame nécessite une pierre légèrement différente pour mettre en valeur sa beauté.

L'apprentissage d'un polisseur de sabre peut durer jusqu'à dix ans.

La fabrication d'un sabre japonais requiert les compétences de plusieurs artisans hautement spécialisés. Les polisseurs de sabres peuvent être apprentis pendant 5 à 10 ans, selon l'école, tandis que les forgerons de sabres sont apprentis pendant 5 à 7 ans avant d'obtenir leur licence. De même, le fabricant de habaki (collier de lame) s'entraîne jusqu'à 8 ans avant de pouvoir travailler à son compte. Par conséquent, leurs œuvres sont très honorées et recherchées.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Nos Katanas

Voir Tout
Economisez €43,00
Katana Enma Katana JaponaisKatana Enma
Katana Japonais

Katana Enma

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana ZoroKatana Zoro
Katana Japonais

Katana Zoro

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Bleach Ichigo Bankai Katana JaponaisKatana Bleach Ichigo Bankai Katana Japonais
Katana Japonais

Katana Bleach Ichigo Bankai

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Tanjiro V2Katana Tanjiro V2
Katana Japonais

Katana Tanjiro V2

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana SasukeKatana Sasuke
Katana Japonais

Katana Sasuke

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana RengokuKatana Rengoku
Katana Japonais

Katana Rengoku

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Yubashiri ZoroKatana Yubashiri Zoro
Katana Japonais

Katana Yubashiri Zoro

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
169 en stock
Economisez €43,00
Katana TanjiroKatana Tanjiro
Katana Japonais

Katana Tanjiro

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Trafalgar LawKatana Trafalgar Law
Katana Japonais

Katana Trafalgar Law

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Tokito MuichiroKatana Tokito Muichiro
Katana Japonais

Katana Tokito Muichiro

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana ZenitsuKatana Zenitsu
Katana Japonais

Katana Zenitsu

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Giyu Tomioka Katana JaponaisKatana Giyu Tomioka Katana Japonais
Katana Japonais

Katana Giyu Tomioka

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock