Qu'est-ce que le Seppuku ? Origines, rituel et formes Katana Japonais

Peu de traditions et de valeurs japonaises peuvent être aussi bouleversantes et insondables pour les Occidentaux que le Seppuku. La simple mention du "suicide rituel" suffit à effrayer la plupart des non-Japonais.

Alors que l'Occident considère cette pratique comme "barbare", les Japonais de la vieille école et les non-Japonais qui apprécient la culture samouraï du pays du Soleil-Levant considèrent le Seppuku comme une pratique tout à fait honorable.

De quoi s'agit-il donc et pourquoi les samouraïs ont-ils choisi de pratiquer ce rituel plutôt que d'autres solutions pour sauver l'honneur ? Comment pratiquaient-ils le Seppuku et existe-t-il des formes de ce rituel ? Les femmes japonaises pratiquaient-elles également le Seppuku ? Cette pratique persiste-t-elle aujourd'hui ?

Rejoignez-nous pour explorer ces questions.

Qu'est-ce que le Seppuku ?

Les non-Japonais appellent l'éviscération rituelle "Hara-kiri", mais vous n'entendrez aucun habitant de la région appeler le suicide rituel ainsi. Ils l'appellent plutôt Seppuku, des mots "setsu" (couper) et "fuku" (ventre).

Le Seppuku consiste à plonger une arme à lame tranchante dans le côté gauche du ventre et à déplacer la lame vers la droite. Cette action coupe l'aorte et la veine cave (les plus gros vaisseaux sanguins du corps humain), laissant la personne qui pratique le Seppuku se vider de son sang.

Les origines du Seppuku

Les anciens Japonais ne pratiquaient pas le Seppuku avant la fin du XIIe siècle, lorsque le poète et guerrier japonais Minamoto no Yorimasa préféra mourir de ses propres mains plutôt que de celles de l'ennemi (le clan Taira) lors de la première bataille d'Uji en 1180.

L'acte de Minamoto a ouvert la voie au Seppuku en tant que code pour les samouraïs - une manière plus honorable d'accepter la défaite que la torture et la mort aux mains des ennemis. De nombreux historiens de la culture pensent que les samouraïs considéraient le Seppuku comme plus clément, permettant aux guerriers de mourir selon leurs conditions, en préservant leur honneur et leur dignité sur le champ de bataille.

Le rituel

Le tout premier Seppuku était aussi rudimentaire que n'importe quel suicide et sans rituel. Il n'y avait pas de Kaishakunin pour s'assurer que la personne mourrait rapidement après avoir pratiqué le Seppuku.

Par conséquent, entre le 12e et le 17e siècle, le Seppuku était extrêmement douloureux et la mort était lente.

Les personnes qui pratiquaient le Seppuku devaient retirer l'arme blanche et transpercer la gorge. Il pouvait aussi placer le katana contre le cœur et tomber au sol, plongeant le sabre de samouraï aiguisé comme un rasoir dans le cœur.

La période Edo a vu la standardisation du rituel du Seppuku, faisant de cet acte un spectacle pour le public.

Préparatifs

La personne qui exécute le Seppuku prend un bain d'eau froide pour resserrer les vaisseaux sanguins et éviter les saignements excessifs. Elle porte un Shiro-shozoku (kimono blanc) et prend son dernier repas. Un sanbo (support) accueille l'arme et un tissu pour le rituel. Le guerrier écrit un "poème de la mort" et boit du saké pour la dernière fois.

Hara-Kiri

Le Kaishakunin se tient derrière la personne qui commet le Seppuku et saisit la lame et le tissu sur le Sanbo. Bien que le Katana soit l'épée préférée des samouraïs pour le Seppuku, ils peuvent utiliser un Tanto ou un Wakizashi (il est intéressant de noter que de nombreux rituels sont associés aux épées Katana en dehors du Seppuku).

Le principal (la personne qui se fait Hara-kiri) enlève le vêtement pour exposer le ventre et enveloppe la lame d'un tissu pour assurer la stabilité de l'arme lorsqu'elle est enfoncée dans l'abdomen. Il plonge la lame dans le ventre gauche et la déplace en travers.

Le Kaishakunin porte le coup fatal en un seul mouvement rapide et précis. Contrairement à de nombreuses représentations cinématographiques hollywoodiennes, le Kaishakunin ne décapite pas le principal intéressé. Au contraire, le coup de sabre doit être si précis que la tête pend mollement du torse mais ne tombe jamais au sol.

Cette position de la tête du principal définit le Dakikubi, un élément essentiel du Seppuku, et répond à la croyance shintoïste selon laquelle tout sol en contact avec du sang est impur.

On ne peut qu'imaginer la force mentale du principal lors de l'exécution du Seppuku. Il doit supporter la douleur sans perdre son sang-froid. Le Kaishakunin ne peut donner le "coup de grâce" que lorsque l'agonie devient insupportable.seppuku

Un rituel de Seppuku. Photo par Nippon.

La responsabilité du Kaishakunin

De nombreux Occidentaux considèrent le Kaishakunin comme le bourreau, un titre que personne en Occident n'accepterait volontiers. Cependant, la culture des samouraïs exige que le Kaishakunin soit un maître du sabre. Sinon, il ne pourra pas assurer le Dakikubi (la tête suspendue au cou par un petit morceau de chair et de peau), ce qui le conduira à la honte et au déshonneur.

Les raisons du Seppuku

Les guerriers et les individus ordinaires pratiquent le Seppuku pour différentes raisons. Voici les plus importantes.

  • Expiation - Tout acte honteux qui ne peut être corrigé par le guerrier ou la personne doit être exécuté par Seppuku. Le mot clé est "irrécupérable" ou "irréparable". Par conséquent, les transgressions mineures sont exemptées car la personne impliquée peut faire amende honorable.

  • Accord de paix - À l'époque des samouraïs, des daimyos ou des seigneurs en guerre s'affrontaient pour l'honneur et la suprématie. Malheureusement, le cycle de la vengeance dure des décennies, à moins que le Daimyo perdant n'accomplisse le Seppuku et ne rompe à jamais le cycle. Cet acte marque le début d'une période de paix.

  • Peine capitale - Les guerriers qui ont commis des délits graves (viol, trahison, meurtre non provoqué, corruption et vol) sont souvent condamnés à la "peine de mort", mais avec une grâce salvatrice : ils peuvent se faire Seppuku eux-mêmes.

  • Exécution - Le seppuku peut être l'équivalent japonais de la guillotine française (bien que le principal n'ait jamais été décapité). Le condamné accomplit le rituel sans l'arme blanche. À la place, il reçoit un éventail en papier. Lorsque le condamné touche l'éventail, le Kaishakunin porte le coup.
  •  

    Il convient de distinguer le Seppuku en tant que peine capitale de l'exécution. Le premier décrit un samouraï déchu prêt à se faire Seppuku lui-même (bien qu'ayant reçu des ordres d'une autorité).

    L'exécution, quant à elle, vise des individus qui ne veulent pas pratiquer le Seppuku. Cela signifie également que la mort du condamné ne pardonne pas ou n'absout pas sa famille du crime.

    Formes de Seppuku

    Les gens ont des raisons différentes de pratiquer le Seppuku. Cependant, il est intéressant de noter que nous pouvons classer ces raisons en deux formes distinctes de Seppuku - volontaire et obligatoire.

    Volontaire

    La plupart des personnes qui pratiquent le Seppuku le font pour sauver la face, retrouver l'honneur ou expier des erreurs irréparables. Certains peuvent également s'auto-détruire de manière rituelle pour protester.

    Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux hauts gradés de l'armée et du gouvernement ont volontairement pratiqué le Seppuku. Le romancier japonais Mishima Yukio s'est lui aussi auto-déchiré en 1970 pour protester contre la détérioration des valeurs traditionnelles au Japon.

    Voici quelques exemples de Seppuku volontaire.

  • Oibara
  • Également connu sous le nom de Tsuifuku ou Kun'yomi, l'Oibara implique que les serviteurs exécutent le Seppuku à la mort de leur maître. Cela signifie que le serviteur est loyal envers un seul maître et que servir un autre seigneur est honteux et déshonorant.

  • Kanshi
  • Bien que la plupart des "éviscérations rituelles" se déroulent sous le regard d'autres personnes, le Kanshi est différent. Connu sous le nom de "mort par récrimination", le Kanshi exige que la personne se fasse le Hara-kiri en privé, qu'elle le panse et qu'elle fasse part de ses griefs ou de ses protestations à son maître ou à son seigneur. L'individu révèle la blessure mortelle avant de s'éteindre.

  • Funshi
  • Ce Seppuku est presque identique au Kanshi - une déclaration de protestation ou de mécontentement à l'encontre d'un maître ou d'un seigneur. Cependant, la personne qui exécute le Seppuku n'exprime plus son inquiétude et se contente d'accomplir le rituel. On appelle ce Seppuku la "mort d'indignation".

  • Jumonji Giri
  • La "coupe en forme de croix", le Jumonji giri, est une façon atrocement douloureuse de mettre fin à sa vie pour sauver l'honneur. La personne qui exécute le Seppuku ne se contente pas de faire l'incision horizontale dans le ventre. Elle doit retirer le même outil tranchant, le plonger à mi-chemin sous la cage thoracique et le déplacer vers le bas pour former une croix avec l'entaille horizontale.

    Le Jumonji giri élimine également le Kaishakunin du tableau, privant ainsi la personne qui pratique le Seppuku d'une mort rapide. C'est l'ultime démonstration de bravoure, de courage et de dévouement pour retrouver l'honneur.

  • Obligatoire
  • La peine capitale et l'exécution sont des exemples de Seppuku obligatoire. Une autorité ordonne au guerrier ou à l'individu de faire Seppuku pour sauver son honneur.

    Un exemple classique de Seppuku obligatoire est l'histoire des 47 Ronin. Bien que ces samouraïs sans maître n'aient fait que venger la mort de leur seigneur en exécutant le Daimyo adverse, le Shogun de l'époque (Tokugawa Tsunayoshi) a ordonné aux guerriers de commettre Seppuku pour "mourir avec honneur" au lieu d'être traités comme des "criminels".

    Les femmes et les enfants pratiquent-ils le Seppuku ?

    Le Seppuku féminin diffère de la version masculine. Il serait incorrect d'appeler le suicide rituel féminin "Seppuku", car il ne consiste pas à se couper le ventre. Les épouses de samouraïs et les femmes issues de familles de samouraïs mettent fin à leurs jours en se tranchant les artères carotides dans la gorge. Dans de nombreux cas, la femme meurt seule.

    La femme qui se suicide utilise un Kaiken ou un Tanto d'un seul coup. Elle se lie également les genoux pour maintenir une "pose digne", empêchant ainsi les membres inférieurs de s'agiter pendant les convulsions de la mort.

    Le Japon féodal n'exemptait pas les enfants du Seppuku, en particulier ceux qui appartenaient à des familles de samouraïs. Il n'était donc pas rare qu'une famille soit exécutée si la faute commise était suffisamment grave.

    Seppuku au 21ème siècle

    Le Japon a aboli le Seppuku en 1873. Cependant, de nombreux hommes japonais traditionnels ont continué à adhérer à ces rituels comme l'acte ultime pour sauver l'honneur de la disgrâce. Le dernier Seppuku enregistré est l'incident de Mishima Yukio survenu en 1970 au quartier général des Forces japonaises d'autodéfense.

    Bien que le suicide rituel traditionnel (c'est-à-dire le Seppuku) soit rare dans le Japon du XXIe siècle, le taux de suicide reste élevé. Plus de 17 Japonais et Japonaises sur 100 000 se suicident, les hommes étant les plus touchés avec 24,3 pour 100 000.seppuku

    Scène de Seppuku de masse dans le film "47 Ronin". Photo par Commentaramafilms.

    Le bilan

    Souvent mal compris, le Seppuku enseigne l'honneur et la dignité au monde du XXIe siècle. C'est le sacrifice ultime et la démonstration de la force d'âme d'une personne, ce que de nombreux individus du XXIe siècle ont du mal à apprécier et à respecter. Le Seppuku a peut-être disparu, mais son esprit perdure, en particulier dans un monde où les suicides augmentent à un rythme sans précédent.

    Laisser un commentaire

    Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

    Nos Katanas

    Voir Tout
    Economisez €43,00
    Katana Enma Katana JaponaisKatana Enma
    Katana Japonais

    Katana Enma

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana ZoroKatana Zoro
    Katana Japonais

    Katana Zoro

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Bleach Ichigo Bankai Katana JaponaisKatana Bleach Ichigo Bankai Katana Japonais
    Katana Japonais

    Katana Bleach Ichigo Bankai

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Tanjiro V2Katana Tanjiro V2
    Katana Japonais

    Katana Tanjiro V2

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana SasukeKatana Sasuke
    Katana Japonais

    Katana Sasuke

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana RengokuKatana Rengoku
    Katana Japonais

    Katana Rengoku

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Yubashiri ZoroKatana Yubashiri Zoro
    Katana Japonais

    Katana Yubashiri Zoro

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    169 en stock
    Economisez €43,00
    Katana TanjiroKatana Tanjiro
    Katana Japonais

    Katana Tanjiro

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Trafalgar LawKatana Trafalgar Law
    Katana Japonais

    Katana Trafalgar Law

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Tokito MuichiroKatana Tokito Muichiro
    Katana Japonais

    Katana Tokito Muichiro

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana ZenitsuKatana Zenitsu
    Katana Japonais

    Katana Zenitsu

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock
    Economisez €43,00
    Katana Giyu Tomioka Katana JaponaisKatana Giyu Tomioka Katana Japonais
    Katana Japonais

    Katana Giyu Tomioka

    Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
    En stock