Petite histoire des samouraïs : Ce qu'il faut savoir en 2024

Utilisé pour désigner les bushi ou les guerriers aristocrates, les samouraïs japonais étaient des guerriers du Japon pré-moderne ou féodal. Plus tard, le terme samouraï a été appliqué à toutes les classes de guerriers du pays. Les samouraïs sont montés en puissance au 12e siècle et ont dirigé le gouvernement et la société jusqu'à la restauration Meiji. C'est ce que nous expliquerons, et bien d'autres choses encore, en retraçant l'histoire des samouraïs dans cet article.         

Apprendre à connaître les samouraïs

Les bushi ou samouraïs étaient des guerriers de la période féodale du Japon qui constituaient la caste sociale la plus élevée du pays pendant la période Edo, avant la restauration Meiji. Les samouraïs étaient des experts de l'équitation, du tir à l'arc et du maniement du sabre. Ils utilisaient des armes telles que des lances, des fusils, des arcs et des flèches, ainsi que des épées, qui étaient également leur principal symbole.

Il ne fait aucun doute que ces guerriers étaient d'habiles sabreurs. En fonction de la situation de combat et de la stratégie militaire, les samouraïs utilisaient un sabre particulier, chacun ayant une courbure, une longueur de lame et un dessin spécifiques.

Le sabre de samouraï était une arme de taille très efficace et servait de symbole de richesse et de statut social à chaque guerrier.

Il est également considéré comme "l'âme du guerrier", à l'opposé des assassins et des ninjas du Japon féodal qui ne considéraient le "ninjatō", un sabre court à lame droite, à garde carrée et d'une longueur inférieure à 60 centimètres, que comme un outil ou une arme.

La fabrication des sabres de samouraï était une œuvre d'art d'une valeur supérieure, et l'un des sabres de samouraï les plus appréciés est le Katana, le sabre long de samouraï le plus populaire.

Le Katana, sabre à un seul tranchant dont la lame est courbée, présente une courbure moins prononcée que le Tachi, un autre sabre de samouraï. Les guerriers samouraïs en portaient un à la ceinture obi, le tranchant tourné vers le haut, pour pouvoir dégainer rapidement lorsqu'ils tailladaient.

Les katanas servaient de symbole du rang des samouraïs, en plus d'être utilisés comme arme. Ceux qui n'appartenaient pas à la classe des samouraïs n'avaient pas le droit de porter un katana, qui a fini par remplacer le Tachi au cours des époques Shinto et Shinshinto.

Les autres sabres de samouraï sont le Koshigatana, le Kodachi, l'Odachi (Nodachi), le Nagamaki, l'Uchigatana, le Wakizashi, le Daisho et le Tanto.

Les samouraïs étaient les serviteurs de seigneurs de guerre locaux appelés daimyo, des mots japonais "dai" (grand ou grand) et "myo" (nom), se traduisant par grand/grand nom. Toutefois, dans le Japon féodal, "myo" peut être traduit par "titre de propriété". Ainsi, daimyo se traduit par "propriétaire d'une grande terre".

Les daimyos étaient des vassaux du shogun et de grands propriétaires terriens qui engageaient des guerriers samouraïs pour les garder et protéger leurs familles et leurs terres. Lorsque la situation l'exigeait, les samouraïs se battaient pour leur daimyo et protégeaient leurs terres.

En tant que serviteurs des daimyos, les samouraïs soutenaient l'autorité du shogun, ce qui leur conférait un pouvoir supérieur à celui de l'empereur ou du mikado.

Les samouraïs vivaient selon la "Voie du guerrier", le code éthique du bushido. Il s'agit d'un code d'éthique qui met en avant l'importance des arts martiaux, de l'honneur et de la loyauté et qui fait référence à la philosophie première selon laquelle ils ne doivent pas craindre la mort et qu'ils doivent mourir par bravoure.

La vie des samouraïs est régie par sept principes : l'honneur (meiyo), la loyauté (chūgi), la droiture (gi), l'honnêteté (sei), le respect (rei), la cohérence (makoto) et le courage (yū). Les samouraïs croient que la justice est leur vertu la plus importante ; ils n'attaquent donc personne, même un ennemi, sans raison valable.

Conformément à la voie du guerrier, ils ne considèrent pas non plus la vie comme une vie si elle est vécue sans honneur. Ainsi, s'ils commettent une erreur, ils doivent préserver l'honneur de leur nom en se suicidant.

L'incident d'Akō, également connu sous le nom d'Akō jiken ou Akō vendetta (31 janvier 1703), en est un exemple : 47 samouraïs ont été accusés de Seppuku pour avoir vengé la mort de leur maître. Cet événement historique est devenu depuis l'un des incidents de vendetta les plus légendaires du Japon.

Les samouraïs acceptent qu'ils mourront à la guerre et que la mort peut survenir rapidement, comme la vie d'un sakura, glorieuse mais éphémère.

Confucianiste, la "voie du guerrier" met l'accent sur la loyauté envers un maître et la pratique d'un comportement éthique. La plupart des samouraïs étaient également influencés par les principes et les enseignements du bouddhisme zen.

Période des samouraïs (1185-1868)

brief samurai history

Alt-text : Un guerrier samouraï en tenue de combat. Image de la Wellcome Library sur History Hit.

1185-1333 (Gouvernement de Kamakura)

Les guerriers administrateurs ont remplacé le gouvernement de la cour lorsque le gouvernement de Heian n'a pas accordé beaucoup d'attention aux provinces, gérant de vastes terres rizicoles autour de l'actuel Tôkyô, dans la partie orientale du Japon.

La famille Minamoto a formé le nouveau gouvernement (Shogunat de Kamakura), une dictature militaire, en 1185. Plus tard, en 1192, Minamoto Yoritomo a obtenu le titre de "shogun" pour avoir pris le contrôle militaire de la nation.

Bien que le gouvernement de Yoritomo ait suivi les lois du gouvernement de Heian, les samouraïs qui le dirigeaient ont maintenu la paix et l'ordre dans tout le pays.

Le gouvernement dépendait de la force des samouraïs. Personne ne pouvait être appelé samouraï sans l'approbation de Yoritomo. Plus tard, les samouraïs sont montés en puissance, prenant le contrôle des terres appartenant aux aristocrates et affaiblissant encore davantage le gouvernement de Heian. Finalement, ce sont les guerriers féodaux qui ont gouverné et développé le droit japonais.

Plus tard, la Chine a introduit au Japon le bouddhisme zen, selon lequel tous les êtres humains sont déjà éclairés, mais doivent le découvrir par eux-mêmes. Cette école bouddhiste met l'accent sur la méditation pour éveiller la sagesse, la compassion et la nature de chacun. La méditation est donc pratiquée pour atteindre l'illumination.

De nombreux samouraïs ont été attirés par les enseignements et les principes du bouddhisme zen, ce qui a donné un fondement philosophique à leur code de conduite.

Sous le règne de Kamakura, le sabre du samouraï a également pris de l'importance et l'on pensait que c'était là que résidait l'âme du guerrier. Chaque élément ou partie d'un sabre, y compris ses incrustations d'or et d'argent, était considéré comme une œuvre d'art.

1336-1573 (Gouvernement Ashikaga)

Le shogunat de Kamakura s'est affaibli à la fin du XIIIe siècle en raison des difficultés rencontrées pour vaincre les envahisseurs mongols.

Plus tard, Ashikaga Takauji a mené une rébellion, provoquant la chute du gouvernement de Kamakura. Vers 1336, le shogunat Ashikaga, également appelé shogunat Muromachi (Muromachi bakufu), a été établi.

Le nouveau gouvernement, considéré comme plus fort que celui de Kamakura, était basé à Kyoto et dirigé par le clan Ashikaga. C'est le deuxième shogunat à avoir exercé un contrôle direct sur une grande partie du pays. Il s'agit néanmoins d'un shogunat plus faible que le shogunat suivant, celui des Tokugawa.

Le Japon a connu le chaos pendant les deux siècles suivants en raison des affrontements entre clans territoriaux. La forte domination des Ashikaga a donc été rapidement interrompue, en particulier après la guerre d'Onin de 1467-1477, lorsque le pays manquait d'autorité centrale et que les shoguns étaient presque impuissants. À la suite de cette guerre, les propriétaires terriens locaux et leurs guerriers ou samouraïs se sont engagés à maintenir la paix et l'ordre.

Malgré les troubles politiques, le shogunat Ashikaga poursuit son expansion et est considéré comme l'âge d'or de l'art japonais, le bouddhisme zen influençant la culture des samouraïs. Au cours de cette période, la peinture et le théâtre se sont également développés.

Le shogunat n'a pas réussi à contrôler autant de provinces que le shogunat précédent. Les propriétaires terriens provinciaux régnaient toujours sur la campagne environnante de Kyoto, mais ils s'engageaient souvent dans des guerres pour des revendications territoriales.

Ces barons ont mis en place des gouvernements bureaucratiques, essayant de soumettre chaque province à un régime militaire. À cette époque, le shogun représentant le gouvernement central était faible et les gouvernements locaux étaient plus développés.

1600-1868 (Gouvernement Tokugawa)

samurai in Japan history

Alt-text : Deux guerriers samouraïs. Image de Ryotaro Horiuchi sur National Geographic.

En 1615, la période du pays en guerre (le Sengoku-Jidai) a pris fin. L'unification du pays sous l'égide de Tokugawa Ieyasu a ouvert la voie à la paix et à la prospérité.

Les samouraïs ont commencé à gouverner le pays par des moyens civils plutôt que par des forces militaires. Ils ont également reçu l'ordre de s'entraîner aux armes et d'apprendre le confucianisme après que Ieyasu a publié des ordonnances pour les maisons militaires.

Même si les principes du bushido varient en fonction des influences confucéennes et bouddhistes, l'esprit guerrier de la voie du guerrier demeure, comme l'absence de peur de la mort et l'accent mis sur les compétences militaires. Il se concentre également sur des principes tels que la bonté, la frugalité et l'attention portée aux personnes âgées et aux membres de la famille.

Les samouraïs sont devenus des bureaucrates pendant cette période de paix. Certains d'entre eux se sont également lancés dans le commerce, tout en restant des combattants ou des guerriers.

En 1588, le port de l'épée était réservé aux samouraïs, ce qui les distinguait encore davantage de la classe des fermiers. À cette époque, ils portaient également deux sabres (hommes à deux sabres), le sabre court et le sabre long représentant des privilèges dans la société.

Cependant, sous le gouvernement Tokugawa, le bien-être matériel de la plupart des samouraïs s'est dégradé. Auparavant, ils recevaient des allocations fixes de la part des propriétaires terriens, mais ces allocations ont diminué, ce qui a frustré de nombreux samouraïs de rang inférieur.

La fin du féodalisme au Japon : Période Meiji (1868–1912)

En raison de l'agitation paysanne, la stabilité du régime Tokugawa s'est dégradée au milieu du 19e siècle, parallèlement à l'incursion des forces occidentales dans le pays.

Dans le but d'amener le pays à ouvrir ses frontières au commerce international, les puissances occidentales dirigées par le Commodore Matthew C. Perry ont provoqué l'effondrement du régime Tokugawa.

Le Japon et les États-Unis ont signé un traité commercial en 1858, puis plus tard avec d'autres pays, dont la Russie, la France, la Grande-Bretagne et la Hollande. Cependant, l'ouverture des frontières du Japon aux échanges internationaux, au commerce et aux investissements n'est pas appréciée par tous. Une résistance au shogunat s'est donc manifestée, notamment de la part des samouraïs qui ont commencé à réclamer le rétablissement du pouvoir de l'empereur.

En 1868, Choshu et Satsuma unissent leurs efforts pour renverser les Tokugawa et restaurer le régime impérial (nommé en l'honneur de l'empereur Meiji).

La restauration Meiji est une révolution politique qui a eu lieu en 1868 et qui a entraîné l'effondrement du gouvernement militaire. Cette révolution a mis fin à la période Edo ou Tokugawa, qui a régné de 1603 à 1867. La révolution de 1868 a également ramené le Japon sous le règne de l'empereur Meiji ou Mutsuhito.

En 1871, le féodalisme a pris fin au Japon. Par la suite, seuls les membres des forces armées nationales ont été autorisés à porter un sabre. Les allocations des samouraïs ont également été converties en obligations d'État. Au cours des années 1870, les rébellions des samouraïs ont été réprimées par l'armée nationale.

history of the samurai

Alt-text : Un samouraï prêt à frapper avec un katana. Image du J. Paul Getty Museum sur Encyclopedia Brittanica.

Réflexions finales

Si les samouraïs n'ont plus de statut officiel dans le Japon moderne, leurs descendants continuent d'être estimés dans le pays. La richesse de l'histoire et des principes de ces guerriers inspire de nombreuses personnes, et leur héritage se perpétue.

Parcourez notre boutique pour trouver des armures de samouraï qui pourraient vous inspirer.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Nos Katanas

Voir Tout
Economisez €120,00
Katana Fuyu 冬katana-fuyu-video
Katana Japonais

Katana Fuyu 冬

Prix réduitA partir de €200,00 Prix normal€320,00
En stock
Economisez €90,00
Katana Murasaki 紫Katana Murasaki 紫
Katana Japonais

Katana Murasaki 紫

Prix réduitA partir de €230,00 Prix normal€320,00
En stock
Economisez €50,00
Katana Jin 寺院Katana Jin 寺院
Katana Japonais

Katana Jin 寺院

Prix réduitA partir de €250,00 Prix normal€300,00
En stock
Economisez €120,00
Katana Hana 花Katana Hana 花
Katana Japonais

Katana Hana 花

Prix réduitA partir de €450,00 Prix normal€570,00
En stock
Economisez €50,00
Katana Tatsu 竜Katana Tatsu 竜
Katana Japonais

Katana Tatsu 竜

Prix réduitA partir de €510,00 Prix normal€560,00
En stock
Katana Oni 鬼Katana Oni 鬼
Katana Japonais

Katana Oni 鬼

Prix réduitA partir de €230,00
En stock
Economisez €50,00
Katana Gouka 豪華Katana Gouka 豪華
Katana Japonais

Katana Gouka 豪華

Prix réduitA partir de €240,00 Prix normal€290,00
En stock
Katana Yoru 夜Katana Yoru 夜
Katana Japonais

Katana Yoru 夜

Prix réduitA partir de €290,00
En stock
Katana Midori no yoru 緑の夜Katana Midori no yoru 緑の夜
Katana Japonais

Katana Midori no yoru 緑の夜

Prix réduitA partir de €320,00
En stock
Economisez €40,00
Katana Hebi ヘビKatana Hebi ヘビ
Katana Japonais

Katana Hebi ヘビ

Prix réduitA partir de €460,00 Prix normal€500,00
En stock
Katana Koi 濃いKatana Koi 濃い
Katana Japonais

Katana Koi 濃い

Prix réduitA partir de €260,00
En stock
Economisez €43,00
Katana Wado IchimonjiKatana Wado Ichimonji
Katana Japonais

Katana Wado Ichimonji

Prix réduitA partir de €207,00 Prix normal€250,00
En stock