Tameshigiri, le test du Katana Japonais

Beaucoup de gens ne connaissent pas l'origine du Tameshigiri et pensent qu'il s'agit d'une simple démonstration. Il y a en réalité de nombreux secrets derrière cette pratique que nous allons vous faire découvrir !

Dans cet article, nous examinons ce qu'est VRAIMENT cet aspect des arts du sabre japonais, y compris son histoire quelque peu sanglante, les cibles utilisées, les techniques de base et les techniques avancées, ainsi que quelques ressources pour vous aider à apprendre à le faire de la bonne façon... !

Des corps humains aux tapis Tatamis

Tameshigiri

Les premières cibles des Tameshigiri étaient, comme vous pouvez le deviner d'après le titre, les corps humains. Plus précisément, les corps des criminels exécutés, découpés en morceaux comme le montre le schéma ci-dessus.

Pour les épées particulièrement fines, plusieurs corps étaient souvent attachés ensemble. D'après une légende un Katana antique aurait réussi à couper 7 corps accrochés les uns aux autres. Plutôt glauque.

Il est intéressant de noter que les corps étaient soigneusement inspectés avant d'être coupés pour vérifier l'absence de maladie, principalement parce qu'on croyait que la maladie rendrait l'épée pure impure, et pour cette raison les épées n'étaient jamais testées sur des individus de basse caste ou des prêtres, car on croyait que cela déformait l'âme des lames.

Quoi qu'il en soit, après chacune de ces effroyables coupures, l'épée et la cible étaient soigneusement examinées pour déterminer si le côté tranchant avait été abîmé et si les coupures étaient nettes. Pour s'assurer qu'il s'agissait d'un test de l'épée elle-même et non de l'homme qui la maniait, seuls les épéistes les plus habiles effectuaient ces tests afin de minimiser les variables entre un épéiste et un autre.

C'est au cours d'une période transitoire de l'ère Meiji qu'inévitablement, avec la modernisation du Japon, les tests de coupe sur les criminels sont devenus illégaux et ont été remplacés par du wara (paille de riz) trempé et lié avec un noyau de bambou dans lequel des tests côte à côte se sont révélés avoir presque la même densité et la même consistance que les cibles humaines originales .

Alors que le wara est toujours largement utilisé au Japon, le samouraï innovateur des temps modernes Toshishiro Obata précisa que la paille de riz n'était pas évidente à trouver partout et il a donc cherché autre chose pour la coupe !

Il l'a trouvé plus tard le tatami Omote qui est un tatami très utilisé à ce jour pour la coupe. On le laisse enroulé pour avoir une épaisseur intéressante et pouvoir essayer le Katana avec une matière suffisamment résistante.

Tatami Omote

De nos jours, le Tatami Omote est facilement le support le plus courant pour le Tameshigiri approuvé par le dojo. Constitué du revêtement extérieur (Omote) de la natte Tatami utilisée dans les maisons japonaises, une natte de tatami roulée sur un noyau de bambou est censée avoir une consistance très proche de celle d'un bras ou d'un cou humain, ce qui est très effrayant quand on voit avec quelle facilité certaines épées le traversent...

Peu importe où vous les obtenez, la préparation des tapis est assez facile. Il suffit de les enrouler, en laissant suffisamment d'espace à l'intérieur pour insérer une petite cheville en bois sur le support de coupe, de les attacher et de les faire tremper pendant 16 à 24 heures, en les laissant sécher pendant environ 20 minutes avant de les couper.

Techniques de Coupe

De nos jours, le Tameshigiri est souvent utilisé pour tester l'habileté des épéistes et est également pratiqué de manière intensive dans les arts du sabre japonais.

Non seulement le Tameshigiri mesure la vitesse, l'angle de la lame (hasuji) et la puissance de l'épéiste, mais selon Obata Soke, sans lui, ni les éléments physiques (position, coupe et prise) ni les éléments mentaux (esprit, détermination, résolution) de l'art du sabre ne peuvent être appris ou évalués, et le résultat est le mouvement vide et sans signification qui caractérise tant de formes modernes d'arts martiaux.

Contrairement aux coupes occasionnelles effectuées dans les arrière-cours, le véritable Tameshigiri suit des schémas établis et est hautement ritualisé, à la fois pour des raisons de sécurité et pour cultiver le zanshin (esprit) avant, pendant et après la coupe.

Article précédent
Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Vérification d'age

En cliquant sur "Entrer", vous vérifiez que vous avez 18 ans

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique