Polissage du Katana : 6 Choses que vous ne saviez pas !

Un Katana n'est pas complet simplement parce que la lame a été forgée, le métal refroidi et le mélange d'argile réfractaire enlevé. Le polissage est une étape essentielle de la finalisation d'un sabre. 

Nous vous révélons quelques secrets juste ci-dessous.

#1) Il y a un spécialiste qui polit les épées

Ce n'est pas le forgeron qui polit les épées. C'est un spécialiste, le togishi, qui est chargé de cette tâche. Autrefois, le togishi utilisait traditionnellement trois types de pierre pour polir un sabre. Aujourd'hui, cependant, les togishis en utilisent plus d'une demi-douzaine.

#2) Le polissage prend du temps... Beaucoup de temps

On pourrait penser que le polissage d'un sabre japonais est un processus rapide et facile, qui ne demande que quelques minutes. Mais c'est loin d'être le cas. Dans la plupart des cas, le polissage prend plus de temps que le forgeage de la lame, un travail de polissage typique prenant environ 2 à 3 semaines. Il s'agit d'un processus long et méthodique, c'est pourquoi un spécialiste est chargé de cette tâche.

#3) Un mauvais polissage peut ruiner la lame

Le polissage de l'épée permet d'améliorer la clarté et l'esthétique de la lame. Cependant, un mauvais polissage peut avoir des effets graves sur le sabre, voire l'endommager ou le ruiner. Si le togishi modifie la géométrie de la lame et/ou use trop l'acier, il peut détruire la valeur du Katana.

#4) Finition miroir

L'un des procédés de polissage d'un sabre japonais traditionnel est le glaçage, qui implique l'utilisation de pierres à polir à grain fin pour obtenir une finition miroir sur le tranchant. Pour le bord émoussé de l'épée, cependant, le togishi s'efforce d'obtenir une finition mate afin de rendre le hamon plus visible et plus attrayant.

#5) Le polissage révèle l'histoire du Katana

Un sabre japonais bien poli peut révéler toute une série d'informations sur la façon dont il a été fabriqué. Par exemple, il révèle la vitesse (ou la lenteur) du refroidissement du tranchant, la température à laquelle la lame a été refroidie, et même la teneur en carbone de l'acier lui-même. Bien entendu, ces résultats ne sont visibles que sur les lames bien polies. Si la lame n'a pas été polie ou si elle a été mal polie, vous ne pourrez pas identifier ces caractéristiques.

#6) Tout le vernis doit être enlevé

Une fois que le Katana a été entièrement poli, le togishi doit enlever toute trace d'huile. Même de petites quantités peuvent endommager la lame en favorisant la rouille et la corrosion. Les sels contenus dans l'huile de polissage constituent un terreau idéal pour les moisissures, qui peuvent à leur tour provoquer de la corrosion.

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés